Ville de Saint Alban

La Police Municipale vous informe au sujet de la chenille processionnaire qui est actuellement présente autour de nous. 

Arrêté municipal n° 43/2015 – Commune de Saint-Alban, à lire en intégralité ICI

1. LA CHENILLE PROCESSIONNAIRE, QU'EST-CE QUE C’EST ?

La Chenille processionnaire du pin, forme larvaire d’un papillon de nuit (Thaumetopoea pityocampa Schiff), est un ravageur qui s’attaque aux pins et dans une moindre mesure aux cèdres.
Les populations de la Chenille processionnaire du pin subissent des fluctuations importantes et assez régulières s’étalant sur plusieurs années.
Celles-ci sont dues à l’intervention de nombreux facteurs capables d’influer sur la multiplication et la survie des populations : le climat souvent responsable de l’effondrement des populations (gel précoce, chaleur, …), le cortège d’ennemis naturels (insectes parasites et prédateurs, bactéries, virus, oiseaux), la qualité et la quantité de nourriture.
Les chenilles processionnaires font des nids au cours de l'hiver. Au printemps, elles descendent des arbres et se déplacent en procession. Elles apparaissent donc entre mars et mai selon la région et la chaleur.
Dans les arbres touchés, on peut voir des nids de taille variable composés de fils (comme des fils d'araignée)

2. COMMENT LUTTER CONTRE CETTE CHENILLE ?

La lutte contre les chenilles peut prendre différentes formes selon les saisons, en fonction des stades d'évolution de l'insecte.
Il n'existe aucun moyen de se débarrasser définitivement des chenilles. Le traitement est à refaire chaque année. En effet, même si on détruit toutes les chenilles existant sur un terrain donné, les arbres seront réinfestés l'année suivante par des papillons pouvant provenir de plusieurs kilomètres. Ce traitement annuel doit donc être maintenu tant que des nids, et donc des papillons, existent dans la région.


     a) Le piégeage des papillons : les pièges à phéromones
Pin : de fin juin à mi-septembre
Chêne : de mi-juillet à mi-septembre

Cette méthode consiste à installer des pièges à phéromone sexuelle directement dans les arbres.
Le piège suspendu aux branches basses du pin et sur les branches charpentières pour la processionnaire du chêne, diffuse l'odeur du papillon femelle (phéromone). Attirés par cette phéromone, les papillons mâles volent autour. Épuisés, ils finissent par tomber dans l'entonnoir où ils se retrouvent piégés et se noient dans le liquide versé au fond du seau.
L'avantage du piégeage est sa mise en place rapide et sans protection. Il est écologique et respectueux de l'environnement.

Une fois la période de vol terminée, les pièges seront retirés et gardés, après nettoyage, afin d'être utilisés l'année suivante. Le piège en lui-même est utilisable plusieurs années. On recommande de garder la phéromone dans son emballage d'origine, sans l'ouvrir, au réfrigérateur (3-5°C) jusqu'au moment de son utilisation. Dans le cas d'une utilisation à la prochaine saison le stockage au congélateur (-18°C) s'impose. Dans ces conditions, le produit peut être gardé pendant une période de deux ans.


     b) Le piégeage des processions : l’Eco piège

     Pin : de décembre à avril
    Chêne : ---------------------

Ce système consiste à installer un piège directement sur le tronc de l'arbre infesté de nids. Le système est ingénieux et simple. Lorsque les chenilles vont quitter leur nid d'hiver et descendre du pin pour aller s'enterrer, les chenilles vont être canalisées dans la collerette de l'éco-piège et n'auront pas d'autre solution que de descendre dans le tuyau qui mène dans le sac rempli de terre. Là, elles vont croire qu'elles sont arrivées sur terre et elles font s'enfuirent dans la terre et se transformer en nymphe. Fin juin, il suffit de décrocher le sac et de le jeter.
L'Éco piège est composé de trois parties :

  • une collerette qui se fixe sur le tronc et qui s'adapte à la circonférence de celui-ci
  • un tuyau qui relie la collerette et le sac récepteur de chenilles.
  • et enfin un sac rempli de terre où les chenilles font s'enterrer et faire leur nymphose pour devenir papillon.

Ce système n'utilise aucun insecticide, ni phéromone.


   c) La lutte biologique : pulvérisation de Bacillus thuringiensis, biopesticide

Pin : de Septembre à Novembre
Chêne : Février/Mars

On pulvérise sur les aiguilles des résineux ou sur les feuilles des chênes un bio-insecticide : le Bacillus thuringiensis
La chenille est infectée lorsqu'elle dévore les parties de la plante arrosée par la bactérie. La bactérie produit des spores et des cristaux de protéines qui entraînent la libération d'une substance toxique dans l'intestin des chenilles. Cette substance leur corrode la paroi intestinale et a pour effet de paralyser les mâchoires de la chenille. Quelques heures après l'absorption du produit, la chenille ne peut plus s'alimenter puis meure quelques jours plus tard.
Le Bacillus est non toxique, ne laisse aucun résidu dans le sol ni sur l'arbre traité et est sans danger pour les animaux, les auxiliaires, les insectes pollinisateurs, les organismes aquatiques, les végétaux et les utilisateurs.

   d) La lutte chimique

Pin : de Novembre à Avril
Chêne : de Mars à Juin

Traitement à base d'insecticide homologué "espace vert".
Il est préférable de réserver ces traitements à des interventions de faible ampleur (arbres isolés) ou de rattrapage éventuel.


   e) La lutte mécanique : l’échenillage
Pin : de Novembre à Avril
Chêne : de Avril à Août

Il est indispensable de retirer les nids des arbres à l'aide d'un échenilloir sur une perche plus ou moins longue ou d'une nacelle si la hauteur des pins est importante afin de limiter les effets dus aux poils urticants qui se trouvent dans les nids et de diminuer les processions des chenilles entre mars et avril.
Un nid vide contient encore des millions de poils urticants et polluera l'environnement direct de l'arbre durant plusieurs années.
Kit Éco Piège, piège pour la capture des chenilles processionnaires

Prévention
Les poils urticants sont facilement dispersés par le vent. Dans les régions où sévissent les chenilles, certaines précautions sont recommandées :

  • ne pas sécher le linge dehors de mai à septembre
  • laver soigneusement les légumes du jardin
  • arroser la pelouse pendant quelques jours avant de la tondre pour que les poils urticants soient entraînés dans le sol
  • ne pas laisser jouer les enfants à proximité d'un arbre atteint. A distance, les munir de vêtements à longues manches, de pantalons, d'un couvre-chef et éventuellement de lunettes.


Une affaire de professionnels

  • N'essayez en aucun cas d'éliminer vous-même les chenilles processionnaires. L'utilisation sans discernement d'insecticide ou de nettoyeur à haute pression peut créer davantage de problèmes.
  • L'effet irritant des poils persiste plusieurs années après la disparition des chenilles. Quand le traitement anti chenille disperse des poils dans l'environnement, ces poils peuvent causer des problèmes pendant des années.
  • La lutte contre les chenilles processionnaires est une affaire de professionnels (les pompiers par exemple). La méthode la plus efficace consiste à brûler et aspirer les chenilles et leurs nids, de préférence tôt dans la saison quand les poils urticants ne sont pas encore développés. 

 

3- LES DANGERS DES CHENILLES PROCESSIONNAIRES pour les enfants et les animaux

(Cette affection constitue une urgence vétérinaire)

C'est une chenille qui possède des poils urticants et se déplace en procession.
Ces poils se terminent en pointe et portent à leur extrémité de petits crochets. Ils se détachent facilement de la chenille lors d'un contact ou sous l'effet du vent.
Par leur structure particulière, ces poils s'accrochent facilement aux tissus (la peau et les muqueuses).

 Symptômes
Ces chenilles contiennent une substance urticante et nécrosante au niveau de leurs poils. Lorsqu'on les touche, cela est douloureux et plus on frotte, plus cela fait mal.
Dans le cas des animaux, si ces derniers lèchent ou touchent les chenilles avec leur museau, ils peuvent souffrir de divers symptômes.

Langue
Dans un premier temps, ils couinent car ils ont mal, se mettent à baver, la langue gonfle et présente des tuméfactions avec un durcissement assez inquiétant. Sans soins, la langue peut virer au sombre voire violet, et une nécrose peut occasionnellement se produire. Une partie de la langue peut tomber. Si les premiers soins consistent en anti-inflammatoires et histaminiques puissants, parfois des antibiotiques, de l’héparine, perfusions, etc.., au stade de nécrose l’amputation de ce bout de lange doit parfois être envisagée.
C’est pourquoi si l'animal présente d’un coup une gêne importante à la bouche, comme un corps étranger, vérifier la langue et consulter le vétérinaire rapidement si celle-ci se durcit.
D’autres signes peuvent se produire, comme des atteintes au niveau des yeux avec développement très rapide d'une conjonctivite. Le poil urticant s'enfonce dans les tissus et peuvent provoquer la cécité.

Voies respiratoires
En cas d'inhalation des poils, ils vont de la même manière s'enfoncer dans les tissus provoquant de graves difficultés respiratoires

Conduite à tenir en cas de contact
La première chose à faire est d'éloigner l'animal des chenilles. Ensuite, il faut éviter de frotter car cela dissémine la substance irritante. Il ne faut pas non plus donner de l'eau ou à manger.
Le mieux est de se rendre au plus vite chez un vétérinaire qui pratiquera les premiers soins afin de limiter les effets de la substance urticante (nettoyage des zones touchées, corticoïdes, antihistaminiques)
Le contact avec des chenilles processionnaires représente une urgence vétérinaire, ne pas attendre pour consulter

4- RÉGLEMENTATION - ARRÊTE MUNICIPAL 

Il n'existe pas actuellement de réglementation nationale de lutte obligatoire.

Comme beaucoup d’autres villes, nous avons pris conscience de l'impact de ce nuisible sur notre environnement et monsieur le maire a pris un arrêté municipal (n°43/2015 daté du 28 avril 2015) obligeant chaque année, avant la fin de la première quinzaine du mois de mars, les propriétaires ou les locataires à supprimer mécaniquement les cocons élaborés par les chenilles processionnaires du pin et à les incinérés ainsi qu'à un traitement annuel préventif à la formation de ces cocons avant la fin du mois de septembre sur les végétaux susceptibles d'être colonisés par les chenilles.

La police municipale effectuera de la prévention systématique en rappelant les obligations en la matière. En cas de non-respect de celles-ci, après un seul avertissement, une contravention d’un montant de 38 euros sera relevée (Infraction pour non-respect d’un arrêté municipal).

Les frais d'échenillages sont à la charge du locataire : (DECRET Décret n°87-712 du 26 août 1987 pris en application de l'article 7 de la loi n° 86-1290 du 23 décembre 1986 tendant à favoriser l'investissement locatif, l'accession à la propriété de logements sociaux et le développement de l'offre foncière et relatif aux réparations locatives NOR:  EQUC8700032D Version consolidée au  01 août 1999)

Ce décret est très explicite et indique clairement que les frais d'entretien du jardin sont à la charge du locataire.

C'est stipulé clairement pour l'échenillage :
- Jardins privatifs : Entretien courant, notamment des allées, pelouses, massifs, bassins et piscines ; taille, élagage, échenillage des arbres et arbustes ;
- Pour les traitements préventifs, le même décret s'applique, et donc la charge incombe au locataire et ce, quel que soit la taille de l'arbre.

Dans les cas ou un arrêté municipal ou préfectoral existe et impose de mettre en œuvre l'enlèvement mécanique des nids ou d'effectuer un traitement préventif, le même décret s'applique et s'impose au locataire.